Notre équipe

En tant que fondateurs de La Maison du Vietnam, nous allons régulièrement à la rencontre des Vietnamiennes et des Vietnamiens afin de sélectionner tous les produits nous-mêmes. Du petit producteur de café de Buôn Ma Thuột, aux torréfacteurs du Lam Dong, des minorités ethniques et de leurs théiers sauvages à Hà Giang aux maîtres de thé de Hanoï, de l’atelier d’artisans de céramique de Saïgon en passant par le jeune chocolatier de Bến Tre, ce sont à chaque fois des relations enrichissantes qui nous guident dans notre projet de promouvoir le meilleur du Vietnam. Voir la passion pour leurs métiers et la joie de vivre des vietnamiens nous inspire quotidiennement dans notre aventure. Nous privilégierons toujours le côté humain et le respect de l’environnement dans le développement de notre épicerie fine.

Bien sûr c’est un travail colossal à deux mais nous croyons en notre projet et nous aimons ce que nous faisons. Vous êtes d’ailleurs nombreux à nous soutenir et nous vous en remercions infiniment ! Xin cảm ơn !


Maud, co-fondatrice de la Maison du Vietnam

Maud

Co-fondatrice de La Maison du Vietnam, Maud est une grande amatrice de thés naturels.

Graphiste, illustratrice et développeuse web , le coup de coeur pour le café vietnamien se produisit plus tard, lors de son premier voyage au Vietnam avec Duy en 2014. Elle est actuellement en charge de la direction artistique, rédactionnelle et technique de La Maison du Vietnam. En cours d’apprentissage du vietnamien, il lui arrive souvent de sortir quelques mots vietnamiens à Duy, qui s’amuse souvent de ses accents mal placés 😉

Son point fort : Maud cultive une passion pour le thé qui a grandi au fil du temps et des dégustations, ce qui lui a permis d’en acquérir une connaissance approfondie. Ayant commencé à déguster ses premières tasses vers l’âge de 18-19 ans, la révélation de sa passion pour le thé se fît lors de son premier voyage au Japon en 2000 où elle découvrit le monde des thés japonais avec les sencha, gyokurou et autre sobacha…

De retour en Europe, l’achat fortuit d’un Darjeeling de Printemps d’Inde et d’un Bai Mu Dan de Chine, continuèrent d’aiguiller son intérêt grandissant pour le thé naturel. Elle dégusta également de délicieux thés chinois et taïwanais lors d’un séjour à Hong Kong, et lorsqu’un thé vietnamien d’origine sauvage croisa enfin son chemin en 2008, cela finit par la convaincre que le thé est la voie à suivre. Depuis, elle arpente le Vietnam avec Duy à la recherche des meilleurs thés vietnamiens.

Par ailleurs passionnée par l’Asie, elle commença d’abord par des études en Japanologie à la KUL en Belgique avant de se tourner vers le graphisme. Ces études ont eu une influence insoupçonnée sur sa compréhension actuelle de la culture vietnamienne. En effet l’étude de la langue japonaise et des kanjis (idéogrammes chinois adaptés à la langue japonaise), de la calligraphie ainsi que les cours sur l’histoire et la culture chinoise lui permettent aujourd’hui de mieux comprendre les différentes influences externes assimilées par le Vietnam au cours de son histoire et ainsi d’approfondir ses connaissances sur ce pays fascinant qu’est le Vietnam.

Duy, co-fondateur de la Maison du Vietnam

Duy

Co-fondateur de La Maison du Vietnam, Duy est un enfant du pays élevé aux bons petits plats vietnamiens de sa mère.

Né au Vietnam à Saïgon et venu à l’âge de deux ans en France, ses parents ont veillé à garder vivace la culture vietnamienne au sein de la famille. Gourmet avéré, il ne refusera jamais un bon petit bánh mì ou un cà phê den. Ancien chef de projet informatique, il parle couramment le vietnamien et aime particulièrement approfondir ses connaissances en café. Il s’occupe de la partie commerciale et de la logistique. Il lui arrive souvent de glisser des échantillons gratuits lors des préparations de commandes 😉

Son point fort: Duy possède des connaissances approfondies sur le café vietnamien et cela n’est pas étonnant quand on sait que ses grands-parents paternels possédaient des plantations de café et de thé dans la province du Lâm Đồng. Aller à la rencontre des producteurs et torréfacteurs de café vietnamien, échanger et partager avec eux autour de leur savoir-faire est un véritable retour aux sources pour lui. Anciens torréfacteurs, ses oncles lui ont également livrés quelques un de leurs secrets de torréfaction à la vietnamienne. Depuis Duy est un fervent défenseur du café vietnamien traditionnel, mélange de Robusta et d’Arabica, extrait avec le filtre en inox, et souhaite faire découvrir et connaître le café vietnamien en France de manière plus large auprès du public français.